cybeleadam: My pink plush bear sending sparks with a magic wand (Default)
[personal profile] cybeleadam

Titre: Change of Heart (version française)
Auteur: Cybèle Adam
Fandom: Harry Potter
Pairing: Lily/James
Rating: K+ (PG)
Statut: Entièrement écrit/traduit

Disclaimer: Le monde sorcier appartient à J.K. Rowling, ainsi que les personnages principaux et certains des autres. Je ne fais que les emprunter pour m'amuser; ça ne me rapporte pas un centime.

Chapitre 3 – Réponse irréfléchie

Premier petit déjeuner du trimestre, et Lily était en retard... Elle soupira, pensant que ce n'était vraiment pas une bonne façon de commencer l'année, surtout pour une Préfète en Chef. Elle avait dit aux autres de ne pas l'attendre pendant qu'elle cherchait son badge, qui avait dû voler à terre pendant leur bataille d'oreillers de la veille. Elle avait déjà tâtonné sous les cinq lits quand elle réalisa qu'elle aurait facilement pu s'épargner cette peine.

- Accio, badge ! lança-t-elle, et le petit objet vint à elle, sortant de derrière sa table de nuit.

Elle se sentit un peu stupide de ne pas avoir pensé à utiliser sa baguette tout de suite. Après six ans à Poudlard, elle aurait dû cesser de se comporter en Moldue ! Mais, bien qu'elle ait désormais le doit de faire de la magie quand elle voulait, elle l'avait évité tout l'été, à cause de sa soeur.

Elle sortit du dortoir en épinglant le badge sur sa robe... et faillit se cogner contre Sandra, qui se tenait sur le palier à côté des escaliers. Puis elle vit Iona, appuyée contre la rampe quatre marches plus bas, regardant visiblement quelque chose dans la salle commune.

- Mais qu'est-ce que vous faites ? Vous espionnez quelqu'un ? s'écria-t-elle, choquée.

Sandra lui fit signe de parler moins fort et, au même instant, elles entendirent une voix qui venait d'en bas.

- Je ne comprends pas. J'ai cherché partout... Pas moyen de mettre la main dessus ! Et je ne vois pas comment il peut être coincé au point que l'Accio ne marche pas.

Lily fixa alternativement des yeux Sandra et Iona, puis son regard revint vers Sandra, qui lui rappela juste à temps qu'elle ferait mieux de ne pas crier.

- Elle espionne Potter ?

- Non, Black, corrigea Sandra avec un sourire amusé. Tu sais bien qu'il lui plaît.

Elle avait parlé très bas, mais pas assez pour que son commentaire échappe à Iona, qui protesta :

- J'essaie seulement d'entendre quelque chose qui nous apprendrait ce qui s'est réellement passé l'année dernière !

- Et il faut que tu le voies pour ça, bien sûr ! répliqua Sandra, souriant ensuite à Lily d'un air entendu.

Lily sourit aussi. Elle n'avait pas vraiment une meilleure opinion de Sirius Black que de James Potter, mais elle savait que Iona ne s'intéressait pas à lui de manière inquiétante. C'était juste qu'elle ne pouvait pas s'empêcher de l'admirer parce qu'il était très beau. Rien de plus.

- Io ? Tu sais qu'une personne bien élevée n'est pas censée écouter les conversations des autres ? chuchota-t-elle d'un ton mi-sérieux mi-amusé après avoir rejoint son amie dans l'escalier.

- Oui... mais, d'après ma soeur, je suis mal élevée, tu te rappelles ?

- Oh, ça, c'est la meilleure excuse que j'aie jamais entendue !

Lily savait qu'elle aurait dû dire à Iona d'arrêter tout de suite, mais ce n'était pas si simple. Si elle le faisait, elle serait obligée de descendre et de traverser la pièce... Et, tout à coup, malgré sa résolution, elle se sentait incapable d'affronter James Potter. Même passer devant lui semblait impossible. Et ce n'était pas du tout le bon moment, de toute façon. Avec si peu de gens autour d'eux, ça ne servirait à rien. Aussi prit-elle place à côté de Iona contre la rampe d'escalier en se disant que c'était la seule façon de savoir quand la voie serait libre.

D'après ce qu'elle avait entendu, elle avait déjà deviné que le badge de James avait également disparu, mais Iona en savait plus.

- Il est dans la poche de Sirius. Je l'ai vu le retenir dans sa main quand James a essayé le sortilège d'Attraction.

- Tu as de la chance que j'aie enfin retrouvé le mien, sinon j'aurais pensé que tu me faisais la même blague !

Pendant ce temps, James n'avait pas arrêté de répéter que son badge devait bien se trouver quelque part. Il n'était absolument pas normal qu'il ne puisse pas le récupérer avec l'Accio...

- Je parie que Snivellus me l'a piqué ! Il a dû l'enfermer dans sa malle ou un truc dans le genre.

Depuis l'escalier, Lily et Iona virent Sirius jeter un coup d'oeil à l'horloge, l'air hésitant. Il était visiblement sur le point de décider qu'il était temps de rendre le badge à son propriétaire afin de ne pas risquer d'arriver trop tard pour manger mais, avant qu'il ait le temps de dire un mot, James avait déjà ouvert la porte-portrait en jurant que Snape allait "le payer". Alors Sirius suivit son ami... et ne dit rien.

- Je crois qu'il ne gardera pas son badge très longtemps, s'il tue Snape ! commenta Iona en riant.

- Et ce serait bien la peine de lui avoir sauvé la vie ! renchérit Sandra.

Dans ce genre de situation, Lily les trouvait toutes les deux terriblement immatures. Presque autant que ces stupides garçons qui semblaient incapables de cesser de jouer des tours aux gens, et même les uns aux autres.

- Allez, les filles ! dit-elle de son ton le plus "Préfète en Chef". Il faut qu'on y aille.

Et, sans les attendre, elle descendit les marches en courant.

~ * ~

Elle avait dû passer pour un parfaite idiote, à entrer ainsi en trombe dans la Grande Salle - et tellement en retard, en plus ! - pour trouver Potter et Black en train de s'installer tranquillement à la table de Gryffondor, où Lupin et Pettigrew leur avaient gardé des places. Bien entendu, James n'était pas assez stupide pour attaquer quelqu'un devant les professeurs, et il se contentait donc de lancer des regards furieux en direction de son ennemi en attendant l'occasion de passer des coups d'oeils aux coups de poing – ou plus probablement de baguette. De toute évidence, Sirius trouvait la situation très amusante. Lily savait qu'il serait ravi d'aider James à tourmenter Severus avant d'avouer que c'était lui qui avait pris le badge.

Elle s'assit aussi loin d'eux que possible et, dès que les autres l'eurent rejointe, commença à manger en s'efforçant d'ignorer deux garçons de première année qui parlaient Quidditch à côté.

- Il paraît que Gryffondor a la meilleure équipe.

- Oui, c'est vrai ! Ma soeur en fait partie, et elle dit que leur Attrapeur est super-bon. Il sera sûrement professionnel un jour.

- Alors on devrait lui demander un autographe pendant qu'il est encore à l'école. Ce sera plus facile.

Génial ! Comme si Potter avait besoin de nouveaux fans pour faire enfler sa grosse tête encore un peu plus ! Au moins, ce n'était pas des filles, mais quand même...

~ * ~

Lily se trouva dans l'incapacité de se concentrer sur quoi que ce soit de toute la matinée. Son esprit revenait toujours à cette entrée ridicule. Bien qu'elle n'ait pas réellement tourné la tête de ce côté, il lui avait semblé voir les enseignants la regarder d'un air incrédule. Aussi était-elle convaincue que le professeur McGonagall la retiendrait après le cours de Métamorphose pour lui faire un remarque à propos de ce comportement si peu digne d'une Préfète en Chef.

Et ce n'était même pas la seule chose perturbante. Juste avant leur premier cours, Iona lui avait rapporté la partie de conversation qu'elle avait manquée le matin, et maintenant elle se demandait ce qu'avait voulu dire Sirius quand il avait envoyé Remus et Peter à la Grande Salle en leur recommandant de choisir des places "avec la meilleure vue possible sur Evans, comme ça il nous pardonnera tout de suite pour la blague".

Les amis de James pensaient donc qu'il s'intéressait vraiment à elle ? Iona et Sandra, bien sûr, n'avaient plus aucun doute là-dessus. Mais Lily n'arrivait toujours pas à le croire. Il devait y avoir une autre explication. Parce que cette lettre...

Elle ne savait même pas ce qui serait le pire, en fait. Être prise pour une idiote serait évidemment très désagréable, mais au moins elle pourrait faire quelque chose, même si se venger comme il se devait comporterait un risque non négligeable de tomber fortement dans l'estime des professeurs... Il faudrait seulement qu'elle décide si la satisfaction de gifler un odieux personnage valait la peine d'avoir une retenue et de perdre sa position de Préfète en Chef.

"Oh mon Dieu ! Ou Merlin... Ou les deux."

Elle n'aurait jamais imaginé en arriver un jour à envisager une chose pareille ! C'était effrayant de constater qu'un simple garçon, aussi exaspérant soit-il, parvenait à lui faire perdre la tête à ce point-là.

Mais l'idée qu'il puisse être amoureux d'elle était encore plus effrayante, dans un sens. Parce que ce serait quelque chose qui échapperait complètement à son contrôle. Et surtout, ce serait trop bizarre !

Ce n'était pas possible ! Il ne pouvait pas... Pourquoi l'aimerait-il ? Il ne lui avait même jamais réellement parlé, sauf pour répliquer quand elle tentait d'user de son autorité de Préfète pour qu'il cesse de tourmenter Snape... ou quand il lui demandait de sortir avec lui, de ce ton désinvolte qu'il aurait employé pour dire quelque chose comme "C'est bien jeudi, aujourd'hui ?". On ne parle pas ainsi à quelqu'un qu'on aime !

Évidemment, on ne propose pas de rendez-vous à quelqu'un qu'on n'aime pas, non plus... Alors il devait bien l'aimer au moins un peu. Ou, plus probablement, il aimait l'idée de sortir pendant quelques temps avec une fille que tout le monde considérait comme l'une des plus jolies de l'école. Ce qui était très stupide - plutôt flatteur, certes, mais stupide.

A bien y réfléchir, Iona n'était pas mieux, avec son admiration pour la classe et la beauté de Sirius. Mais, comme ça durait depuis leur première année, Lily y était tellement habituée qu'elle n'y prêtait plus aucune attention. C'était la raison pour laquelle elle ne faisait jamais de reproches à Iona sur ce sujet alors qu'elle critiquait sans arrêt les membres du "fan club" de James.

Pour être parfaitement honnête, elle n'était pas entièrement sûre que tout cela ait un sens. Mais Iona était son amie, et l'amitié peut bien excuser quelques défauts, n'est-ce pas ? C'était sans doute aussi pour cela que Remus, qui était tout le contraire d'une personne prétentieuse, ne semblait même pas remarquer à quel point James pouvait se montrer insupportable.

Complètement absorbée par ses réflexions, Lily n'avait pas du tout écouté le cours de Défense Contre les Forces du Mal, et elle vécut un moment particulièrement embarrassant quand le professeur lui posa une question à laquelle elle ne sut que répondre, n'ayant pas entendu la moitié de ce qui s'était dit précédemment.

- Les vacances sont finies, Miss Evans ! lui rappela l'enseignante d'un ton froid. Souvenez-vous que vous êtes en classe, s'il vous plaît !

Quelle honte ! Être rappelée à l'ordre comme une gamine de première année... Et c'était entièrement la faute de Potter, mais elle ne pouvait pas dire cela au professeur. Elle se contenta donc de s'excuser, puis se tourna vers James avec le même genre de regard noir qu'il avait lancé à Severus au petit déjeuner.

C'est ainsi qu'elle vit qu'il la regardait. Manifestement, il n'écoutait pas plus qu'elle, et il aurait mérité d'être réprimandé aussi.

Cinq ou six fois pendant les vingt dernières minutes de cours, Lily se retourna pour voir si James avait enfin cessé de l'observer. Mais il n'avait jamais cessé. Et il ne montra même aucun signe d'embarras quand il vit qu'elle s'en était aperçue : il sourit simplement, aussi calmement que s'il pensait avoir parfaitement le droit de la regarder ainsi et qu'il n'avait absolument aucune raison de se demander pourquoi elle ne pouvait pas s'empêcher de se retourner. Son assurance l'aveuglait-elle tellement qu'il ne voyait même pas l'expression agacée de Lily ? Ou pensait-il que c'était juste une question de temps, qu'elle finirait par se rendre compte qu'il n'était pas... Qu'avait-il écrit, déjà ? Pas seulement le sombre crétin que tu penses que je suis... Eh bien, s'il ne l'était pas, il faisait bien semblant !

La cloche sonna alors que Lily s'efforçait de s'interdire de se retourner encore une fois. Elle prit plus de temps que nécessaire pour ranger toutes ses affaires dans son sac, de manière à ce que James soit déjà loin dans le couloir quand elle sortirait. Mais elle ne voulait pas non plus être trop loin, parce qu'il fallait qu'elle garde un oeil sur lui au cas où il aurait l'intention de profiter de la récréation pour aller "s'expliquer" avec Severus.

Lily ignorait si Sirius avait déjà rendu le badge à James, mais elle aurait parié que non. Et elle aurait gagné.

Elle venait de sortir, suivie de Iona et Sandra, quand elle vit James jeter un sort au sac de Severus, qui se déchira et répandit son contenu sur le sol.

Le badge n'était pas là, bien sûr, mais James n'était pas du genre à abandonner si facilement. Avant que le Serpentard ait eu le temps de comprendre que son sac ne s'était pas déchiré tout seul, le Gryffondor fondit sur lui comme un oiseau sur sa proie - ou comme un lion sur un serpent, si l'idée d'attaquer un serpent a jamais traversé l'esprit d'un lion - pour l'attraper par le col de sa robe et le secouer comme un prunier en hurlant "Dis-moi où tu l'as caché !".

Lily n'était pas assez près pour entendre ce que Remus disait à Sirius, mais elle devina qu'il le pressait de mettre un terme la plaisanterie. Et voir Sirius secouer la tête en disant quelque chose qui pouvait être "Attendons encore un peu" ou même "Mais c'est maintenant qu'on commence à s'amuser !" ne l'étonna pas le moins du monde. Remus ne semblait pas d'accord, mais il n'ajouta rien. Peter, lui, se comportait comme s'il assistait à un match de boxe, encourageant James à frapper leur ennemi. Alors, comme elle ne pouvait compter sur aucun d'eux pour intervenir, Lily décida de prendre les choses en main.

- Accio, insigne de Préfet en Chef ! lança-t-elle, et Sirius, qui ne s'était pas attendu pas à ça, ne réagit pas assez vite pour l'empêcher de sortir de sa poche. James en aurait peut-être été capable grâce à ses réflexes d'Attrapeur, mais Sirius se trouva pris complètement au dépourvu... comme tout le monde, y compris James qui, de stupeur, lâcha sa victime, et Severus, qui ne pensa pas tout de suite à contre-attaquer – et ne comprenait d'ailleurs toujours pas ce qui lui arrivait.

Il fit tout de même une tentative un instant plus tard, mais Sirius et Remus s'étaient également remis de leur surprise et l'arrêtèrent juste à temps.

James n'avait pas bougé du tout. Lily n'était même pas sûre qu'il ait remarqué que Snape avait été sur le point de lui jeter un sort. Il restait là à la regarder, encore, mais cette fois il avait l'air... inquiet ?

Se pouvait-il que James Potter ait peur d'une fille – même Préfète en Chef – alors qu'il ne semblait jamais spécialement s'inquiéter du risque d'être pris en faute par un professeur ? Cette idée amusa Lily... et James pensa visiblement que c'était à lui qu'elle souriait.

Toute assurance retrouvée, il marcha vers elle, souriant aussi. Elle lui rendit l'insigne sans un mot.

- Merci, Evans... dit-il.

Puis, exactement comme dans la lettre, il ajouta "Lily".

Lily... Elle ne se souvenait même pas l'avoir entendu prononcer son prénom une seule fois en six ans. Plus tard, elle tenta de se convaincre que c'était là la raison pour laquelle il avait sonné si étrangement à son oreille, mais en réalité il y avait autre chose, et elle le savait.

Beaucoup de choses semblaient se cacher derrière ces syllabes jumelles. Et pas seulement dans le ton de la voix, mais aussi dans le sourire qu'il lui avait adressé juste après et dans le regard qui l'accompagnait... Tout cela avait été si doux, si indéniablement gentil... Même Phoebus Garland, avec qui Lily était sortie l'année précédente, n'avait jamais prononcé son prénom de cette façon. Pas même avant la période de disputes qui avait commencé le jour où elle avait refusé d'assister à un match de Quidditch parce qu'elle ne voulait pas voir Potter...

Phoebus, en Poufsouffle typique, était si dénué de jalousie qu'il admirait sincèrement le talent de James et affirmait que sa "tendance à se mettre en avant" n'était pas dérangeante – un avis que la grande majorité des autres joueurs de Quidditch, y compris certains membres de la propre équipe de James, ne partageaient absolument pas. Au début, Lily avait beaucoup apprécié la modestie de Phoebus mais, à la longue, elle l'avait trouvée de plus en plus agaçante. Elle ne pouvait pas supporter de l'entendre complimenter James pour son jeu spectaculaire, oubliant qu'il avait lui-même du talent et pourrait mener son équipe à la victoire bien plus souvent si seulement il parvenait à surmonter ce ridicule complexe d'infériorité qu'il avait face aux "stars" comme Potter ou aux brutes comme l'ancien Capitaine de Serpentard qui avait pour habitude de bousculer tout le monde et détenait le record du nombre de fautes commises par un même joueur en un seul match.

Oui, vraiment, Phoebus était un très gentil garçon, mais beaucoup trop effacé. Lily l'avait quitté le jour où, comme elle lui avait dit qu'il avait sérieusement besoin d'acquérir un peu d'assurance, il avait répliqué qu'il faudrait qu'elle sache ce qu'elle voulait, parce qu'elle lui reprochait d'être tout le contraire de ce qu'elle affirmait détester par dessus tout, et que, si elle avait changé d'avis, elle était libre de sortir avec James Potter plutôt qu'avec lui.

Peut-être même avait-il cru, au moins pendant quelques jours, qu'elle avait l'intention de suivre cette suggestion. Mais, bien sûr, elle n'y avait jamais pensé. Elle était seulement fâchée, et puis – plus tard, une fois suffisamment calmée pour comprendre qu'il n'avait probablement pas voulu dire qu'il s'en moquerait si elle décidait de sortir avec quelqu'un d'autre – trop fière pour s'excuser. Et trop peu sûre que ça en vaille la peine, aussi. Parce qu'elle l'aimait beaucoup, mais pas vraiment plus que s'il n'avait été qu'un simple ami. Et parce que lui non plus n'avaient jamais démontré de sentiments particulièrement forts à son endroit.

Maintenant... Qu'en était-il de James ? Comment pouvait-il être si convaincant s'il essayait seulement de l'ajouter à son tableau de chasse ? Soudain, Lily fut presque certaine que la lettre était bien sincère. Et elle se demanda ce qu'elle était censée faire.

Elle évita de regarder de son côté pendant tout le reste de la journée, mais il lui semblait sentir continuellement ses yeux posés sur elle, et cela dura jusqu'à ce qu'elle puisse enfin aller s'enfermer dans son dortoir. C'était terriblement embarrassant, d'autant plus qu'elle avait parlé sans réfléchir et qu'il était maintenant très certainement en train d'imaginer n'importe quoi...

Oh, mais qu'est-ce qui lui avait pris ?

Quand elle s'endormit, les mots résonnaient toujours dans sa tête, comme pour se moquer d'elle.

"Merci, Evans... Lily."

'De rien, Potter... James."


~ * ~

Cette réponse irréfléchie fut aussi la première chose qui lui vint à l'esprit quand elle s'éveilla le lendemain matin, et elle passa la journée à se demander ce que James en avait pensé.

Elle tenta d'analyser le ton de sa voix et l'expression qu'elle avait dû avoir en disant cela - surtout en disant "James". Elle aurait aimé s'être montrée ironique, ce qui aurait semblé tout à fait normal à tout le monde, lui compris, mais hélas... Elle était tellement perturbée qu'elle n'avait même pas eu l'intention de se moquer. Elle avait seulement répondu machinalement à son "Merci Evans" par un très logique "De rien, Potter" et puis... Honnêtement, elle ne comprenait vraiment pas ce qui lui avait pris.

Il était inutile d'espérer qu'il ait pu le prendre comme il fallait, c'est-à-dire sans aucun sous-entendu, puisqu'elle n'avait fait que parler sans réfléchir. Il ne pouvait pas savoir et, de plus, selon toutes probabilités, il espérait qu'elle s'était mise à le voir différemment, alors il avait forcément cru qu'elle acceptait sa décision de laisser tomber les formules distantes... Et maintenant il devait être persuadé qu'elle ne le détestait pas tant que cela, finalement.

"Et voilà ce qui arrive quand on est trop poli. Et quand on aide des gens qui ne le méritent pas, aussi. Ils pensent qu'on les apprécie, et on se retrouve bien embêté."

- C'est vraiment injuste ! s'exclama Lily.

Il avait bien fallu qu'elle en parle à ses amies, même si elle aurait préféré ne pas le faire. Il était impossible de leur cacher une si grande confusion, surtout quand son manque d'attention en classe lui attirait des remarques de tous les professeurs.

- Mais qu'est-ce que tu voulais dire, en fait ? demanda Iona pour la troisième fois de la journée.

Lily soupira – et là, ce n'était pas la troisième fois, mais au moins la dixième.

- Je n'en sais rien. Rien du tout. Juste ce que j'ai dit.

- Dans ce cas, tu voulais dire "ce n'était rien", comme si tu trouvais tout à fait normal d'aider quelqu'un que tu es censée détester, et ensuite... ben là, je sais pas, je manque peut-être d'imagination, mais je ne vois pas ce que ce "James" pourrait vouloir dire d'autre que "D'accord, à partir de maintenant, on se parle en utilisant nos prénoms"...

- Rien ! répéta Lily d'un ton désespéré.

Iona n'insista plus, mais Lily voyait bien son expression dubitative, et c'était à peine mieux que les questions.

Elle se tourna vers Sandra, qui les avait écoutées en silence.

- Tu ne comprends pas, toi non plus ? C'est juste que... je ne savais pas quoi dire d'autre !

Sandra hocha la tête.

- Je sais. Tu n'étais pas en état de réfléchir. Aucune fille ne le peut quand un garçon lui sourit comme ça.

- Sandy !

C'était sans espoir. Si ses propres amies refusaient d'entendre raison, Lily n'avait pas la moindre chance de convaincre qui que ce soit. Était-ce donc si difficile à comprendre ? James l'avait perturbée, d'accord, mais ce n'était que de la surprise. Rien à voir avec le fait de parvenir à toucher son coeur ou quelque autre débilité romantique de ce genre.

- Est-ce qu'il faut que je mette un message sur le panneau d'affichage de la salle commune pour que ce soit bien clair ?

Jusque là, Iona s'était arrangée pour avoir l'air désolée d'avoir ennuyé son amie, mais elle ne put s'empêcher de rire à l'idée de ce que Lily pourrait écrire.

- "Je n'aime PAS James Potter plus qu'avant. Je pense toujours qu'il est horriblement arrogant et imbu de lui-même. J'ai utilisé son prénom par erreur, dans un moment d'égarement dû au choc de l'entendre se permettre de prononcer le mien. Je lui interdis donc de recommencer et le préviens que, s'il n'obéit pas, je me verrai dans l'obligation de lui lancer un sort de silence chaque fois qu'il tentera de m'adresser la parole." Signé "Lily Evans, Préfète en chef". Ce serait excellent !

Même Lily éclata de rire.

- J'y penserai... Mais j'ajouterai que je lui interdis aussi de me regarder. Il n'a pas arrêté de toute la journée. Ça me rend folle !

- Oh, ignore-le ! conseilla Sandra. Il finira bien par se lasser.

~ * ~

Si Sandra pensait réellement que James arrêterait bientôt de garder les yeux fixés sur Lily en permanence, elle se trompait lourdement. Il poursuivit son manège toute pendant le reste de la suivante, puis toute la suivante, et encore celle d'après. Quand la fin du mois de septembre arriva, il choisissait toujours des places "avec la meilleure vue possible sur Evans" du petit déjeuner au dîner. Ce qui signifiait que Lily n'était libérée de son harcèlement qu'en Arithmancie, pendant qu'il était en Étude des Moldus. Elle regrettait souvent de ne pas être à Serdaigle ou Poufsouffle. Même Serpentard lui aurait convenu, si c'était la condition pour échapper à cette surveillance constante.

Elle avait pris l'habitude de faire ses devoirs dans le dortoir, de manière à lui ôter toute possibilité de la déranger comme il l'avait fait les premiers jours. Écrire sur un lit n'était certes pas très pratique, mais au moins elle pouvait se concentrer sur son travail au lieu de jeter un coup d'oeil de côté toutes les deux minutes sans même savoir pourquoi puisqu'il était évident qu'elle verrait la même chose que toutes les fois précédentes.

Par moments, elle se demandait si James se rendait compte de ce qu'il faisait. Si elle ne l'avait pas déjà détesté, ce comportement insupportable le lui aurait sûrement fait prendre en grippe en moins d'une semaine. Qu'essayait-il donc de faire, exactement ? Attirer son attention ? A quoi cela servirait-il, puisque ça ne pourrait être que de manière négative ? Manifestement, il n'avait aucune idée de ce qu'il était censé faire quand la fille qu'il voulait ne s'intéressait pas déjà à lui. Avec toutes celles qui avaient successivement eu l'honneur – très discutable, selon Lily – de sortir avec "la star" pendant un mois ou deux (au grand maximum), il lui suffisait de demander pour qu'elles acceptent sans hésiter. Mais maintenant qu'il avait décidé de sortir du cercle de son fan club pour s'attaquer à un vrai défi, il se trouvait dans une situation encore plus difficile que s'il avait dû jouer contre la meilleure équipe professionnelle de Quidditch du monde.

Lily ne l'aurait jamais admis devant qui que ce soit mais, pour ça, il lui faisait presque pitié. D'un autre côté, c'était une très bonne chose : il n'était pas le meilleur partout, finalement, et il apprendrait qu'il ne pouvait pas toujours obtenir tout ce qu'il voulait. Ça ne pourrait que lui être bénéfique. Peut-être même pourrait-il changer un peu, qui sait ?

Mais... Minute !

Tout bien réfléchi, il avait déjà changé ! Il était tellement occupé à regarder Lily qu'il n'avait pas accordé la moindre attention aux autres filles depuis la rentrée et – c'était là le plus surprenant – il affichait désormais un air plus rêveur qu'arrogant et plus pensif qu'assuré.

Iona s'était mise à taquiner Lily à ce sujet.

- Maintenant, tu pourrais sortir avec lui !

Mais Sandra ne s'était pas trompée le premier jour : ne plus avoir l'occasion de critiquer James laissait comme un vide dans la vie de Lily. Elle avait encore des reproches à lui faire, bien sûr, mais c'était la même chose. Rien qui puisse entretenir une conversation. Maintenant, quand elle mentionnait son nom, ce n'était plus dans un long discours, mais juste pour dire en quelques mots qu'il n'avait vraiment pas l'air de se lasser, ou autre remarque à moitié résignée de ce genre.

En fait, la situation, loin de s'améliorer, avait atteint vers la fin du mois un nouveau degré sur l'échelle de l'intolérable quand James avait commencé à offrir son aide à Lily pour tout un tas de petits choses qu'elle pouvait très bien faire elle-même, comme porter son sac, éplucher une pomme ou aller chercher un objet oublié dans une salle de classe.

Elle refusait systématiquement, mais il ne montrait aucun signe de découragement – contrairement à elle, qui ne supportait pas de l'avoir ainsi constamment dans son chemin. C'est ainsi qu'elle finit par exploser, un jour du début d'octobre.

Il venait de ramasser une plume qu'elle avait laissé tomber, puis de proposer encore une fois, d'un ton presque suppliant, de lui porter son sac. Cette fois, il fallait vraiment qu'elle lui dise qu'il se conduisait comme un parfait crétin.

- Stop, stop, STOP ! Au nom du ciel et de Merlin associés, arrête avant que je pique une crise de nerfs et que je te tue pour être enfin tranquille ! Je pensais que tu ne pouvais pas être pire que quand tu te pavanes sur ton stupide balai ou que tu joues à ce petit jeu ridicule avec le Vif d'Or en espérant impressionner les filles, mais j'avais tort : tu es cent fois pire maintenant ! Et tu as même perdu toute dignité. Je ne crois pas que j'en vaille la peine - personne n'en vaut la peine. Tu devrais avoir honte, Potter ! Tu es tombé d'un extrême à l'autre. Tu ne pourrais pas trouver un juste milieu ? Et surtout, si tu tiens vraiment à faire quelque chose qui me plaise, fiche-moi la paix, d'accord ?

James ne répondit pas, et elle partit sans un regard en arrière.

Puis elle sourit, contente d'elle-même.

Elle avait enfin réussi à faire tomber la star de Quidditch de son balai. C'était encore mieux qu'une gifle. Et, s'il lui restait un peu de fierté, ça devait faire encore plus mal.

- - -


From:
Anonymous
OpenID
Identity URL: 
User
Account name:
Password:
If you don't have an account you can create one now.
Subject:
HTML doesn't work in the subject.

Message:

If you are unable to use this captcha for any reason, please contact us by email at support@dreamwidth.org


 
Notice: This account is set to log the IP addresses of people who comment anonymously.
Links will be displayed as unclickable URLs to help prevent spam.

October 2009

S M T W T F S
    123
456 78910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Jul. 22nd, 2017 10:55 am
Powered by Dreamwidth Studios