cybeleadam: My pink plush bear sending sparks with a magic wand (Default)
[personal profile] cybeleadam

Titre: Change of Heart (version française)
Auteur: Cybèle Adam
Fandom: Harry Potter
Pairing: Lily/James
Rating: K+ (PG)
Statut: Entièrement écrit/traduit

Disclaimer: Le monde sorcier appartient à J.K. Rowling, ainsi que les personnages principaux et certains des autres. Je ne fais que les emprunter pour m'amuser; ça ne me rapporte pas un centime.



Chapitre 2 – Pourquoi lui ?

Lily ouvrit la porte du compartiment des Préfets, fit un pas pour entrer et s'arrêta net.

Lui !

Manifestement, elle était en plein rêve - ou plutôt en plein cauchemar. Sinon, comment James Potter pourrait-il se trouver là, en train de parler à une fille qui le regardait avec cet air admiratif tellement exaspérant ? Il n'avait rien à faire dans ce compartiment.

Était-il venu pour la voir, parce qu'il savait qu'elle ne pourrait pas l'éviter ? Il en était certainement capable, mais il aurait dû penser à l'attendre dans le couloir, pour avoir une chance de lui parler sans qu'ils soient entourés de tous les Préfets.

Peut-être avait-il seulement l'intention d'indiquer à Remus Lupin où le rejoindre après la réunion. Après tout, ils étaient amis, même si Lily n'avait jamais compris pourquoi. Remus était tellement différent de James ! Il n'attirait jamais délibérément l'attention. Au contraire, il faisait tout ce qu'il pouvait pour passer inaperçu la plupart du temps. Un jour, il avait même avoué à Lily qu'il lui arrivait de souhaiter ne pas être Préfet, parce qu'il se sentait mal à l'aise chaque fois qu'il lui fallait réprimander quelqu'un. Et il n'avait répondu que d'un sourire embarrassé quand elle avait commenté: "J'imagine que c'est particulièrement gênant quand on a des amis connus pour considérer qu'enfreindre le règlement est une forme d'art".

Mais Remus n'était pas en vue et James ne semblait pas s'apercevoir qu'il n'était pas censé rester. Il discutait tranquillement. Il n'avait pas encore vu Lily, mais deux Préfets de sixième année l'avaient remarquée et, à l'instant où ils les entendit la saluer, il s'éloigna de l'autre fille, qui foudroya Lily du regard.

Lily le vit hésiter pendant environ deux secondes puis, exactement comme elle le craignait, il traversa le compartiment, sourit en lançant un joyeux "Salut !" et – plus étonnement – lui tendit une main qu'elle serra sans réfléchir, juste parce qu'elle ne voyait pas quoi faire d'autre.

- Félicitations, Evans. Je savais que ce serait toi la nouvelle Préfète en Chef. Je ne doute pas que tu seras parfaite dans ce rôle.

Trop surprise pour trouver une meilleure réponse, Lily le remercia d'un ton poli. Puisqu'il se comportait comme s'il n'y avait jamais eu de lettre, elle n'allait certainement pas lui en rappeler l'existence. Du moins, pas tant qu'elle n'aurait pas décidé comment lui faire savoir exactement ce qu'elle en pensait.

- Tu devrais partir, maintenant, Potter, dit-elle, toujours aussi calmement et poliment. Et si tu vois Lupin, dis-lui qu'on l'attend, s'il te plaît.

James sourit de nouveau, cette fois d'une manière assez moqueuse que Lily n'apprécia pas du tout.

- Remus ne viendra pas, dit-il. Et je ne m'en irai pas.

A quoi donc jouait-il ? Lily n'avait pas de temps à perdre avec ses bêtises. Elle était sur le point de le lui dire, mais il reprit la parole avant qu'elle commence.

- Je suis ton nouveau "collègue", vois-tu, annonça-t-il en désignant du doigt un badge épinglé sur sa robe.

PC... Préfet en Chef !

Lily regarda fixement les initiales avec une expression de stupeur. Puis elle ferma les yeux et respira profondément, espérant que le cauchemar prendrait fin. Parce que ça ne pouvait pas être vrai, n'est-ce pas ? Il fallait que ce soit un mauvais rêve. Ce n'était pas possible autrement.

Malheureusement, rien n'avait changé quand elle rouvrit les yeux. James était toujours là, et le badge de Préfet en Chef n'avait pas disparu non plus.

- Tu pourrais... expliquer ? demanda-t-elle.

Parler gentiment à James Potter lui semblait dégradant, mais elle était incapable de réfléchir clairement. Elle avait vraiment besoin d'une explication, et il était celui qui pouvait la lui donner.

James parut hésiter.

- D'accord, mais pas ici, déclara-t-il finalement.

Lily lui lança un regard suspicieux. S'agissait-il d'un prétexte pour être seul avec elle ? Pour aborder un sujet... personnel ?

James ouvrit la porte, apparemment convaincu que Lily le suivrait. Puis il se retourna et vit qu'elle n'avait pas bougé.

- Tu viens ? insista-t-il. On n'a pas beaucoup de temps. On est censés commencer la réunion juste après le départ du train, et il est déjà... (Il jeta un coup d'oeil à sa montre.) 10h57.

Lily soupira.

"Il vaut mieux éviter de se disputer maintenant", pensa-t-elle, se décidant à rejoindre James dans le couloir.

Au moins, la conversation ne durerait pas plus de trois minutes.

- Bien. Comment as-tu fait pour avoir ce badge ? demanda-t-elle dès qu'elle eut refermé la porte.

- Eh bien... commença James, l'air assez mal à l'aise (ce que Lily n'aurait jamais cru possible si elle ne l'avait pas vu de ses propres yeux). Je préfère ne pas entrer dans les détails, mais il se trouve que Remus a... euh... démissionné, disons... alors j'ai pris sa place, voilà !

- Mais pourquoi toi ? s'écria Lily.

Ça n'avait pas de sens. Elle pouvait plus ou moins comprendre pourquoi Remus ne voulait pas être Préfet en Chef, mais qu'en était-il des Préfets des trois autres Maisons ?

- Je vois que tu es ravie de l'apprendre, remarqua James avec un nouveau sourire.

- Enchantée, oui !

Elle avait répondu du tac-au-tac, avec une intention ironique évidente, mais pas seulement. Il y avait aussi une touche d'amusement qui semblait déplacée dans une conversation avec un ennemi. Il était grand temps qu'elle se reprenne. Si ce n'était pas un cauchemar, il fallait qu'elle se conduise normalement malgré l'indiscutable anormalité de la situation.

James affichait maintenant un large sourire, et Lily se demanda s'il pourrait s'agir d'une blague. Avait-il emprunté le badge de Remus pour se moquer d'elle ?

- D'accord, tu as failli me convaincre, j'avoue. Mais maintenant arrête, s'il te plaît !

Sa voix restait calme, mais elle était loin de refléter la réalité. Lily s'efforçait seulement de cacher son irritation parce que ce n'était pas le moment de faire une scène. Les nouveaux Préfets prendraient certainement son discours de Préfète en Chef beaucoup moins au sérieux s'ils l'entendaient hurler juste avant...

- Je suis désolé de t'ennuyer, Evans, insista James, mais je te jure que ce n'est pas une blague, si c'est ce que tu penses. Tu veux voir la lettre ?

La lettre ?

Oh, sa lettre de Poudlard, bien sûr ! Il l'avait sortie de sa poche en posant la question et la lui montra sans attendre la réponse.

- C'est là, dit-il en désignant une phrase.

Lily tendit la main pour prendre le parchemin mais, pour une raison inexpliquée, James ne le lâcha pas.

- Alors ? Je peux voir ? s'impatienta-t-elle. Ou est-ce que tu essayes de me cacher quelque chose ? L'absence de sceau officiel, par exemple...

James secoua la tête, l'air à la fois agacé et indécis, comme si la situation était très délicate pour lui - ce qui, bien sûr, ne fit qu'aggraver les soupçons de Lily.

- Ce n'est pas ce que tu cr... commença-t-il.

Mais, avant qu'il puisse terminer, Lily lui arracha la lettre des mains, trop convaincue qu'il tentait de la berner pour s'inquiéter de l'impolitesse de son geste.

Elle se mit à lire tandis que James la regardait d'un air abasourdi.

Cher Monsieur Potter,
Comme vous le savez certainement, votre camarade de classe Monsieur Lupin a décidé qu'il serait mieux pour lui d'abandonner ses fonctions de Préfet, au cas où d'autres élèves viendraient à apprendre ce qui s'est passé l'année dernière. En conséquence, nous avons décidé de vous offrir sa place et, considérant votre courageuse intervention lors des évènements sus-mentionnés ainsi que vos excellents résultats d'examens, nous avons le plaisir de vous apprendre que nous vous avons également désigné comme Préfet en Chef.


C'était signé de la main du directeur en personne, et le sceau de Poudlard ne manquait pas non plus.

Lily leva les yeux vers James avec hésitation. Il guettait visiblement sa réaction, et il la regardait avec une espèce de détermination indiquant clairement qu'il serait inutile de poser des questions.

Rougissant légèrement à l'idée qu'elle l'avait accusé de mentir alors qu'il n'avait en réalité rien à se reprocher, Lily rendit le parchemin au nouveau Préfet en Chef.

- On y retourne, alors, dit-elle simplement.

Il hocha la tête sans plus rien dire non plus et rouvrit la porte du compartiment, s'effaçant pour la laisser passer. Elle entra lentement, l'esprit fixé sur le mystère qui se cachait derrière les mots qu'elle venait de lire.

Ce qui s'est passé l'année dernière...

Il y avait eu de nombreuses rumeurs à l'école mais, comme les vacances était proches, tout le monde était parti avant que quiconque parvienne à apprendre le fin mot de l'histoire. Maintenant, elle avait au moins une certitude : James avait bien fait preuve d'un certain héroïsme dans cette affaire. Et elle se demandait bien pourquoi il ne s'en était pas vanté à tout va.

Mais il était temps de commencer la réunion. Elle mit donc ces interrogations de côté en se promettant d'y réfléchir plus tard. En fait, une seule question avait vraiment de l'importance pour l'instant : comment allait-elle pouvoir survivre à une année entière de collaboration avec James Potter ? Elle avait cru que la pire chose qui puisse arriver serait la nomination de Severus Snape au titre de Préfet en Chef, mais maintenant elle souhaitait presque que cette crainte se soit réalisée, car au moins elle aurait pu être sûre que l'idée de lui écrire une lettre d'amour ne traverserait jamais l'esprit du Serpentard.

~ * ~

Après sa conversation avec Sandra, Lily s'attendait presque à ce que Iona ait la même opinion. Pourtant, quand les trois amies se retrouvèrent dans leur dortoir - tout de suite après la fête de rentrée, de manière à avoir un peu de temps pour une conversation privée pendant que les deux autres filles Gryffondor de septième année s'attardaient dans la salle commune - Iona dit quelque chose que Lily n'aurait jamais imaginé. Et Sandra non plus, à en juger par son expression étonnée.

- Je le pense, tu sais, insista Iona. Tu devrais vraiment sortir avec James. Comme ça, tu pourrais lui dire ce que tu penses... et il pourrait changer.

- Tu rêves ! s'exclamèrent Lily et Sandra en choeur.

- Il ne changera jamais, ajouta Lily d'un ton assuré.

Puis elle se souvint de ce qu'avait dit Sandra sur le Chemin de Traverse.

- Tu ne pensais pas qu'il était sincère dans sa lettre, toi ? demanda-t-elle, les sourcils froncés.

- En fait, oui, je pense qu'il est sincère, mais ça ne veut pas dire qu'il peut changer. Franchement, Io, est-ce que tu peux imaginer un James Potter jouant au Quidditch sans s'arranger pour se faire remarquer ou même arrêtant de vérifier qu'il y a des filles pour l'entendre et le voir chaque fois qu'il dit ou fait quelque chose ? Ce ne serait plus James Potter !

Lily sourit involontairement à ces mots, ce qui n'échappa pas à Sandra.

- Ce serait dommage, hein ?

- Qu'est-ce que tu veux dire ? demanda Iona avant que Lily soit suffisamment remise de sa surprise pour poser la question elle-même.

- Je crois que ça lui manquerait, de ne plus le détester, non ? Ça fait des années qu'elle répète sans arrêt qu'il est abominablement arrogant, que ses fans sont incroyablement stupides etc. Que ferait notre pauvre Lily si elle perdait son sujet de conversation préféré ?

Lily garda le silence, même quand Iona fit remarquer, en riant, que les paroles de Sandra donnaient l'impression que leur amie était obnubilée par James.

Etait-ce le cas ? Eh bien, oui, dans un sens... Il fallait reconnaître qu'elle parlait trop souvent de lui. Elle ne s'en était jamais aperçue avant, mais maintenant il semblait évident que Sandra avait à peine exagéré. Elle ne pouvait pas s'empêcher de commenter tout ce qu'il faisait et tout ce qu'il disait, et il n'était pas rare qu'elle rappelle aux autres ce qu'elle considérait comme ses pires faits et gestes, sans aucune raison que le besoin assez puéril d'insister sur ses défauts.

Soudain, elle se demanda ce que ses amies pensaient de cette... cette obsession, oui, c'était bien le mot. Elles n'y avaient jamais fait allusion devant elle jusque là, mais elles auraient pu en parler entre elles.

- Est-ce que par hasard vous auriez pensé que j'étais un peu folle, pendant tout ce temps, sans jamais oser me le dire ?

Les deux autres filles protestèrent immédiatement : non, bien sûr que non ! D'où Lily sortait-elle cette drôle d'idée ?

- De nul part. C'est juste que... je ne devrais pas trop réfléchir, surtout à la fin d'une journée comme celle-ci. J'ai eu un de ces chocs, quand j'ai vu ce badge de Préfet en Chef !

- Et on n'arrivait pas à le croire non plus jusqu'à ce qu'on le voie de nos propres yeux, dit Sandra. Comment il l'a eu, à votre avis ?

- Il paraît qu'il a sauvé la vie de Snape, répondit Iona. Mais personne n'a l'air de savoir comment, pourquoi ni même de quoi. Et c'est bizarre, non ? Il devrait raconter cette histoire à qui veut l'entendre...

C'était exactement ce que pensait Lily. Et elle n'avait toujours pas trouvé d'explication convaincante.

- Peut-être qu'il ne veut pas qu'on sache qu'il ne déteste pas Snape au point de le laisser mourir, hasarda Sandra.

Les autres admirent que c'était possible, même si Lily en doutait fortement.

- Je ne crois pas qu'il laisserait échapper l'occasion de l'humilier encore un peu plus, dit-elle. En fait, je ne serais même pas surprise qu'il n'ait fait ça que pour que Severus ait l'impression de lui devoir quelque chose.

Iona éclata de rire.

- Tout bien réfléchi, tu dois vraiment être un peu folle !

- Ou au moins trop montée contre Potter.

Iona plaisantait, mais pas Sandra, et Lily se dit qu'elle avait probablement raison. Ce qui était presque aussi agaçant que d'entendre les admiratrices de James énumérer toutes ses prétendues qualités.

- Tu veux nous prouver qu'on a tort ? Sors avec lui ! lança Sandra dans un éclat de rire.

- Ça pourrait nous permettre de découvrir ce qui s'est passé l'année dernière, ajouta Iona. Tu es curieuse, toi aussi, non ?

- Oh, vous commencez à devenir aussi insupportables que lui ! soupira Lily en jetant son oreiller dans leur direction.

Quelques minutes plus tard, quand Mary MacDonald et Chloe Jones entrèrent dans leur dortoir, elles trouvèrent la Préfète en Chef en pleine bataille d'oreillers contre ses deux meilleures amies, et des plumes volant dans toute la pièce.

~ * ~

Plus tard ce soir-là, quand le calme fut revenu et qu'un simple sort eut renvoyé les plumes à l'intérieur de leurs oreillers, Lily tenta de penser aussi calmement que possible à tout ce qui s'était passé récemment.

Après six ans, elle était convaincue de connaître James Potter suffisamment bien pour être capable de deviner comment il se comporterait et le genre de choses qu'il dirait dans pratiquement n'importe quelle situation. Ce qui semblait prouver qu'elle était réellement obnubilée par lui, il fallait bien l'admettre - sauf qu'elle ne l'admettrait jamais devant qui que ce soit, et surtout pas en ces termes qui risqueraient d'être si mal interprétés.

Pour ce qui était de garder son calme, c'était déjà fichu : l'idée que quelqu'un imagine qu'elle puisse ressentir autre chose que du mépris à l'égard de "Mister Arrogant" l'indigna tant qu'elle envisagea pendant une demi-seconde de demander à Iona et Sandra si une telle pensée leur était jamais venue à l'esprit. Mais elle sut dès la demi-seconde suivante que ce n'était pas du tout une bonne idée. Elle imaginait parfaitement le sourire de style "c'est bien ce que je pensais" que Sandra afficherait et l'exclamation amusée de Iona ("Je me disais bien, aussi, que c'était pas normal que tu parles de lui tout le temps comme ça !").

Elle espérait seulement que ce ne serait que pour la taquiner, mais elle n'en était pas sûre. Il y avait tant de choses dont elle n'était plus sûre, ces derniers temps... Non seulement elle ne comprenait pas James, mais même ses propres amies avaient émis des opinions qu'elle n'aurait jamais pensé entendre de leur part. Que leur arrivait-il donc, à tous ? S'étaient-ils donné le mot pour tenter de la rendre folle avant la fin du mois ?

Non, bien sûr que non. Iona et Sandra ne feraient jamais cela. Et Remus non plus.

Quand elle avait parlé aux autres de la lettre que lui avait montrée James pour prouver qu'il était réellement le nouveau Préfet en Chef, elle avait volontairement omis de mentionner ce qui l'avait le plus troublée.

"Au cas où d'autres élèves viendraient à apprendre ce qui s'est passé l'année dernière"... Remus avait-il fait quelque chose de mal ? C'était apparemment la seule explication possible, mais Lily n'arrivait pas à le croire : bien qu'il soit un ami de Potter, Lily avait toujours vu l'ancien Préfet comme un exemple parfait de personne qui n'aurait même pas l'idée de faire quelque chose de mal. Sans cette lettre, elle aurait été persuadée qu'il avait démissionné soit parce qu'il pensait qu'il manquait d'autorité (ce qui n'était pas complètement faux) soit à cause de sa santé délicate, qui l'obligeait à manquer quelques cours au moins une fois par mois.

Mais la phrase indiquait clairement que sa véritable motivation était liée aux mystérieux évènements du dernier mois de juin... C'était sans doute la raison pour laquelle James avait évité de donner plus de détails que nécessaire à ce sujet. Au moins, ses amis comptaient pour lui...

Bien entendu, être forcée de reconnaître que son "pire ennemi" n'avait pas que des défauts ne plut pas à Lily. Sandra avait raison, c'était évident. Elle n'aimerait pas qu'il se mette à se conduire raisonnablement. Mais ce ne serait pas parce que le haïr lui manquerait. Ne plus avoir aucune raison de ne pas le supporter serait très certainement perturbant, mais le pire serait qu'alors, logiquement...

Non ! Elle ne l'apprécierait jamais. Jamais, jamais, jamais. Never. Mai. Jamàs. [Note]

Et pourquoi perdait-elle son temps à penser à lui, d'abord ? Il pouvait bien faire ce qu'il voulait, ça ne la concernait pas. Elle n'avait pas à s'en soucier. Et elle s'en moquait bien.

Sauf qu'il prétendait être amoureux d'elle.

C'était injuste. Recevoir une lettre d'amour était censé être agréable. Pas agaçant, révoltant... Humiliant, aussi. Parce que s'il pensait qu'elle pouvait tomber dans son piège...

Elle se moquait de ce qu'il pensait, bien sûr, mais, vraiment, il aurait dû savoir qu'elle n'était pas si stupide. Ou n'avait-il même pas remarqué qu'elle était la meilleure élève de leur classe après Sirius Black et lui ?

Non, pas après eux ! Elle avait eu le même nombre de BUSEs, après tout. Mais ils ne le savaient probablement pas. Ils étaient trop fiers de leurs notes pour prêter attention à celles des autres. Ce qui prouvait que James ne s'intéressait pas vraiment à elle. Si c'était le cas, il saurait qu'elle était aussi une excellente élève.

Mais peu importait tout cela. La lettre était une insulte, et il fallait qu'elle y réponde. Demain. Dans la Grande Salle. Devant tout le monde.

- - -

Note:

Never. Mai. Jamàs. – "Jamais" répété en anglais, italien et espagnol. [Retour au texte]


October 2009

S M T W T F S
    123
456 78910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Sep. 21st, 2017 10:57 pm
Powered by Dreamwidth Studios